LES BILLETS FRANÇAIS...

LES ASSIGNATS DU 18ème SIÈCLE...

LES ASSIGNATS RÉVOLUTIONNAIRE…


Après le système Law (1716-1720), l'Assignat est la seconde expérience de la monnaie fiduciaire en France au cours du 18ème Siècle. Il s'agissait d'un titre d'emprunt émis par le Trésor, dont la valeur est gagée sur les biens nationaux par assignation et devient une monnaie de circulation et d'échange en 1791. Mais les Assemblées Révolutionnaires multipliant les émissions, entraînent une forte inflation et le cours légal des Assignats est supprimé en 1797.

LE CONTEXTE ET LE LANCEMENT…
Le motif de la convocation des Etats Généraux est d'ordre financier. En effet, le Roi est au bord de la faillite et la moitié du budget royal est consacré à éponger des dettes. Il lui faut de nouvelles ressources, impôts et emprunts. La révolution de 1789 ne suffit évidemment pas à résoudre le problème et le 10 octobre 1789, TALLEYRAND propose à l'Assemblée Nationale une nationalisation des biens de l'Église évalués de 2 à 3 milliards de Livres. Le 2 novembre 1789, l'Assemblée décide de mettre les biens du Clergé à la disposition de la Nation. Une Caisse des Extraordinaires est créée et émet 400 millions de billets avec intérêt à 5 % : Les Assignats.
Ils sont supposés être gagés sur la vente de biens nationaux et sont convertibles en or mais n'ont pas encore de cours forcé. Ce n'est donc pas encore une monnaie, mais techniquement des obligations hypothécaires. A ce stade, indépendamment du jugement qu'on peut porter sur la nationalisation, il s'agit d'une opération raisonnable au plan financier qui pouvait réussir. Mais les choses n'en restèrent rapidement pas là.

UNE ÉMISSION CROISSANTE PLUS QU'EXPONENTIELLEMENT…
Au printemps 1790, les 400 millions de Livres sont dépensés et une émission complémentaire de 400 millions est faite. Puis une autre, puis une autre, puis une autre…
Progressivement les pièces métalliques ne circulent plus, remplacées par les Assignats. La spéculation contre cette monnaie (qui a fait la fortune de certains) s'installe et le système s'emballe : l'État doit émettre de plus en plus de billets pour faire face à ses besoins accrus avec les exigences d'une économie de guerre, pour combler ses faibles rentrées fiscales, mais aussi pour faire face à la demande de numéraire nécessaire aux échanges commerciaux.
En 1796 c'est la fin des Assignats, après une émission cumulée de 45 milliards. Une deuxième tentative d'émission monétaire (les Mandats) est lancée mais échoue également début 1797. Une période de dépression économique s'installe alors du fait du manque de numéraire.

LES MESURES PRISES POUR SOUTENIR LES ASSIGNATS…
MAIS RIEN N'Y FIT...

CLIQUEZ CI-DESSOUS POUR CONSULTER LE CATALOGUE VIRTUEL…
Telechargement